Multicolore au Japon #6 ~ le Kansai et les pieds Wifi 2

Vive la planification des articles.

A l’heure où vous lirez ces lignes, je serai quelque part sur la planète.

Sans connexion Internet, peut-être.

Ah, Internet ! Depuis la mi-juin, tu joues les mijaurées. Je t’appelle, tu te défiles. Je te réclame, tu m’ignores. J’ai tout essayé, pourtant. Les demandes gracieuses, les minauderies. Je murmure à l’oreille de mon PC, et j’ai l’air stupide !

mikki_blasee_2

Je me planque au Starbucks. La connexion est lente. Très. J’y reste toute la journée. Ça revient cher, cette histoire ! Ils me connaissent, avec mon biscuit choco à 200 yens sans les taxes. Parfois, quand il me prend une folie, j’ose prendre le thé passion à 290 yens.

J’ai pourtant payé mon nouveau logis avec la wifi !!

Lire la suite

Bilan Japon avril 2017 – La casquette multicolore

We were lovers – Jean-Jacques Burnel

Il me faudra parler de cette très jolie chanson, qui sert d’opening à Gankutsuou – le Comte de Monte-Cristo. Cet anime fait partie de mes références. Comme Cowboy Bebop, Vision d’Escaflowne, les OAV de Kenshin…

GANKUTSUOU © Mahiro Maeda / 2004 / GONZO / Media Factory GDH

Lire la suite

Bilan Japon mars 2017 ~ Mikki Forever Tanjoubi ! Les Fleurs des Pieds

Après une nuit ENTIEEEERE, COMPLEEEETE (spéciale dédicace à Salvador) (regardes-tu EL CUERPO DEL DESEO ?) Le Corps du désir, la famille, LE CORPS DU DESIREUH. Ça passait sur IDF1 et France 0. C’était chaud. Chaud de ouf, ouh là. Avec une VF d’anthologie.

Je te mets même son vrai nom. Sens-tu le désir dans son regard ? Le gars est là quoi.

Une nuit ENTIEEERE, COMPLEEEETE, donc, le derrière écrasé sur la chaise inconfortable, en train de me tresser. L’œil se ferme à moitié. Je visionne un documentaire sur la jeunesse coréenne, condamnée à réussir. Pas certaine que ça me réveille. Ils ont pourtant une volonté admirable, et se ruinent et les yeux et la santé, ils ont tous des 20/20, des A++ et des 100/100. Ce n’est pas assez.

C’est assez pour moi, en tout cas ! J’en ai marre, et balancerai bien ma tête, et cette espèce de cervelle, quelque part, loin du labeur, près du lit, dormir, procrastiner, voilà ma volonté !

Lire la suite