Kamijo ~ Epic Rock Orchestra ~ 2017.07.19 Zepp DiverCity ~ Live report

Le puissant prologue Epic Rock Orchestra prépare nos cœurs. Presto nous emporte.

Avec le roi dans son fauteuil.


Galvanisée par le concert du Blitz, je mis moins de 15 jours à me procurer ces Zepp places. -12 000 yens plus tard (j’ai pris les sièges réservés, allons donc !), je suis non loin du podium, et peux admirer, de temps à autres, le très beau tour de tête de la photographe officielle. Avec mon complet noir, j’ai, moi aussi, l’air d’une membre du staff. Cherche pas meuf, tu vas raquer 500 yens comme everybody(et 500, c’est pas 700 et rends-moi la monnaie. T’as le compte juste où t’as rien. Viens pas perturber l’ordre japonais por favor).

Un membre du staff parade avec une pancarte : NO PHOTO. NO DRINK. NO FOOD. Je m’inquiète pour ses bras. Pourquoi diable ne pas avoir laissé ces affichettes bien plantées au sol ? Pour que le message passe mieux, peut être. Voir ce brave homme déambuler avec des airs de manifestant, ça interpelle.

18h25. Les portes sont ouvertes depuis 18H. Il y a encore de nombreux, très nombreux sièges vides. Mon sens professionnel m’oblige à avertir quelque membre du staff, que fait-on, enfin, dois-je sortir les gens des toilettes, les tirer de leur verre de bière, allons donc !

Ils arrivent peu à peu. Et l’on me parle de ponctualité !

Moins de dix minutes plus tard, la salle est pleine. Des cosplayeurs kamijistes, des punk, des goth, des loli, des jeunes, des vieux, et mes chers salarymen qui dégagent la veste de travail, sautent sur leur siège, balancent leur attaché case. Let’s rock, c’est ça ouais. Ils sont pitchounets, si vous saviez !

 

C’est le roi dans son fauteuil

C’est pas que pour le folklore. Parole de Mikki. Je sens la douleur. Il en parlait encore il y a quelques heures sur Twitter ! Nous tendons les bras pour lui transmettre, je n’sais pas moi, un peu d’énergie, comme quand Son Gokû demande. Kamijo n’a pas besoin de demander. C’est la classe du king.

Il se lève ! Sacrifice of Allegro, Royal tercet, Louis, où les salutations du roi vampire.

L’ambiance est aussi touchante qu’au Blitz. Beaucoup fustigent les concerts de rock sur le sol japonais, regrettant un soit disant manque d’ambiance. Elle est pourtant là. C’est faire preuve d’ethnocentrisme que de tout analyser à l’aune de son propre champ de valeurs. Elle est là. Différente de celle que l’on peut ressentir ailleurs.

Je me souviens d’un concert de Kamijo donné à la Boule Noire, à Paris. C’était pas la même limonade ! Idem, au concert de Galaxy 7, à Roubaix (wèshe Rbx !), pour Miyavi, à Lille. Ça pogotait tant que je craignais pour mes lunettes. C’était crazy baby.

Les Japonais sont réservés. En ressort – là, ce soir – une maladresse touchante, une communion sincère, quelque chose de vrai et de là, maintenant, avec toutes ces roses rouges qui transpercent la nuit. C’est génial et beau. Je vous souhaite de pouvoir assister à un tel concert, au Japon.

Destroy the BASTILLE

Je n’ai peur de rien, et hurle comme une petite enragée.

Vous allez rire. Ou pas. C’est triste. Je l’écris quand même.

Pour la première fois, ce soir, je réalise la portée des paroles. On va détruire la Bastille, rien que ça ! Et je vois Oscar et la tête de Marie-Antoinette, très fière dans ses derniers instants de vie. C’est la guerre ! Les révolutionnaires ont atrocement découpée une suivante de la reine déchue, brandi les morceaux devant la souveraine effrayée, lui promettant qu’elle subirait le même sort.

Et Louis XVII. Il grandira mal. Avec des vêtements trop petits qui le déchirent. On l’oblige à piétiner la royauté et il devient bien zélé dans l’insulte des siens.

 

Moulin rouge, où le roi et la canne

J’avais déjà repéré l’humour kamijiste. Avec ses douleurs lombaires, il revêt un aspect plus cynique encore. Alors qu’il termine Moulin rouge, le voici avançant vers nous, courbé sur sa canne dorée (quand même ! On a mal mais on reste chic !) : « Kamijo… a mal à la hanche ». J’aurais dû emporter mon Flector ! Ça me connaît, les douleurs. Je suis Docteur Mik’Queen, femme médecin ! Et le chanteur d’ironiser sur son triste état, devant une salle hilare. Il y eu même un rire mikkiste, bien heureux de comprendre le discours en VO, dans la langue de Kenshin.

 

Mademoiselle

Ah, mademoiselle ! Mignonne chanson, on s’imagine à Montmartre ou dans le Vieux-Lille, un après-midi romantique, un jour de rendez-vous. Elle attend, le visage dissimulé sous son ombrelle. Déjà, elle s’évapore.

ENCORE !

Comme lors du dernier concert, je m’étonne. Déjà, la fin ? Ah mais, n’est-il pas souffrant ? Il sert les dents, et sa voix même s’en trouve modifiée. Elle s’éteint un moment, durant Throne, se brise, sur Kono yo de ichiban utsukushii bara yo… Mais il est toujours là, et entonne, pour ma plus grande joie, Castrato. Je n’ai toujours pas le single !!

ENCORE !

Le public appelle. « vifroi ! » « bikroi ! » « vifoi ! » Cette fois-ci, j’ose. En avril, j’étais pas rodée, je connaissais pas le milieu. Là, maintenant, je pèse dans le game. Avec un des frères Forever (toujours dans les bons coups !) on sort nos plus beaux graves : VIVE LE ROI !! VIVE LE ROI !! C’est bon les gars, on conduit. J’ai trop ambiancé la foule, HAN. C’est tout c’est comme ça sois pas dég.

Ils reviennent. Un peu grâce à moi.  Namé au bout d’un moment, faut rétablir la justice. Encore un peu de vampire, en attendant le final Royal Blood. Certaines chansons ont le don d’emporter loin ou ailleurs, de tout imploser, pour ne laisser qu’une trace de vie bouillante. Lorsque j’ai acheté l’album, dès les premières secondes, c’était ça. Ce soir encore, c’est ça.

A la fin – heureux souvenirs du Blitz – nous sommes invités à nous tenir par la main. A côté de moi, un Japonais, la petite trentaine, bien grand et à l’air sympathique, prend fermement ma main mikkiste. Je suis toujours en mode « bon, on fait quoi !? » dans ces moments-là. C’est un peu le gaijin challenge. C’est oublier le Kamijo power. Oh et puis les Japonais me disent que j’ai l’air d’être ici depuis 10 ans. Comment elle se la pèèèèèèèète. Une poignée de main plus tard, donc, c’est la fin. La vraie. Hélas. Mon gentil Japonais me salue une fois, deux fois, courbette-sourire sincère, déconnez pas. Je lui renvoie ses salutations. Ils sont si touchants, je vous dis ! Des crimes de mignonnerie. Je devrais leur piquer un peu de douceur, tiens.

Tea time

J’ai oublié à quel moment il l’a fait^^’. C’était drôle, en tout cas ! J’ai retenu son Japan Tour 2018, et espère bien y être ! Fukuokaaaaaaaaa !! J’avais envie d’y aller, voilà une nouvelle bonne raison, mouahaha. Je checkerai ça. Maintenant que Mikki s’est implantée sur l’île nippone, elle compte bien y rester, et disséminer ses restes de peau et ses germes.

 

A l’année prochaine !

PS : j’ai enfin acheté Castrato. Avec, en cadeau, un CD live de 3 pistes (j’ai pris la C, avec Louis ^o^)

__________________________________________________________________________________

Setlist

1/ Epic Rock Orchestra ~prologue~

2/ Presto

3/ Sacrifice of Allegro

4/ Royal Tercet

5/ Louis ~艶血のラヴィアンローズ~ Louis ~Enketsu no La Vie en Rose~

6/ Dying table

7/ BASTILLE

8/ Moulin Rouge

9/ -361-

10/サンクチュアリ (Sanctuary)

11/ Battle of theTower -16-

12/ Solo violon (nouvelle compo)

13/追憶のモナムール (Tsuioku no mon amour)

 

14/ mademoiselle (nouvelle chanson)

15/ Sonata

16/ Full Moon no Adagio 満月のアダ一ジオ

17/ Throne

18/ この世で一番美しい薔薇よ (Kono yo de ichiban utsukushi bara yo)

19/カストラ一ト(Castrato)

20/ Epic Rock Orchestra ~épilogue~

 

ENCORE

1/ 闇夜のライオン  (Yamiyo no Lion)

2/ノスフェラトゥ (Nosferatu)

3/ Royal Blood

Publicités

2 réflexions sur “Kamijo ~ Epic Rock Orchestra ~ 2017.07.19 Zepp DiverCity ~ Live report

A toi d'jouer è_é !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s