Multicolore au Japon #6 ~ le Kansai et les pieds Wifi 2

Vive la planification des articles.

A l’heure où vous lirez ces lignes, je serai quelque part sur la planète.

Sans connexion Internet, peut-être.

Ah, Internet ! Depuis la mi-juin, tu joues les mijaurées. Je t’appelle, tu te défiles. Je te réclame, tu m’ignores. J’ai tout essayé, pourtant. Les demandes gracieuses, les minauderies. Je murmure à l’oreille de mon PC, et j’ai l’air stupide !

mikki_blasee_2

Je me planque au Starbucks. La connexion est lente. Très. J’y reste toute la journée. Ça revient cher, cette histoire ! Ils me connaissent, avec mon biscuit choco à 200 yens sans les taxes. Parfois, quand il me prend une folie, j’ose prendre le thé passion à 290 yens.

J’ai pourtant payé mon nouveau logis avec la wifi !!

Précédemment dans Multicolore au Japon

Ah, mon logis. Belle maison aux airs traditionnels, dans les quartiers sud d’Osaka.

Ah, Osaka ! Grande et petite, doucement bruyante, avec, dans sa partie sud, des accents populaires, des airs banlieusards.

Tout ce qu’on vous a dit d’Osaka est vrai.

Ça dépend ce qu’on vous a dit.

On vous a dit quoi, au juste !?

Allez, aboule le discours !

osaka_umeda_1

Osaka, c’est cool.

Easy life, cool raoul bébé. C’est vrai. Les gens sont plus détendus, plus pépères. Bon, on retrouve toujours nos travailleuses et autres travailleurs noirs-blancs pressés-talonnés ; je les croise à Umeda, au Nord. Ils marchent vite et transpirent déjà. Il fait hot, hot. Las, l’uniforme est toujours de rigueur : pantalon noir, chemise blanche manches longues. Certains extravagants osent la chemise à manches courtes. Ah, les révolutionnaires !

osaka_station_1

Osaka, c’est convivial.

8 mois passés à Tokyo. Bonjour froideur, la malédiction de la capitale. De rares sourires qui percent le ciel gris. 2e jour à Osaka : ça fuse de partout ! Allez, j’exagère. Tout de même. La différence avec Tokyo est frappante. Ici, j’ai mon petit おはようございます (ohayou gozaimasu/bonjour) du matin, mes petites conversations avec les marchandes et marchands.

J’aime bien parler avec les marchands. Je n’achète rien et en profite pour me faire un cours de japonais à l’œil. Vile Mikki. Niark.

A la tombée du jour, je vais faire mes courses. Des jeunes à vélo me saluent : « hello ! » et puis d’autres, je ne sais plus, j’ai oublié, je fais un peu ma reusta.

 

Mon fief, c’est Dotonbori. J’y ai repéré mon Starbucks, à Ebisu. C’est pas le plus tranquillou pour travailler, pourtant. Avant, j’allais à celui des quartiers branchouilles, non loin du quartier Américain.

Mais le sud, quoi, l’appel du sud, le quartier Namba avec Dotonbori ! Wèshe Chimène Badi.

osaka_dotombori

Le fameux Glico de Dotonbori ; ah, je t’ai cherché toi !

Dans mon petit Kansai populaire, je croise les Kanjani. Ça fait si longtemps, les Johnny’s ! Kame fait une tournée cette été. Y’aura Yamapi en guest à l’un de ces concerts. Moi, je vais revoir Kamijo, nananère *bête*

 

J’ai planifié une série d’articles sur ma vie de kansayette. Les différents quartiers d’Osaka, les visites à Nara, à Hibikino, à Kyoto… J’ai squatté le Musée International du Manga, pour chroniquer. Je rentabilise mon ticket d’entrée et squatte des heures durant. J’ai lu Lucika Lucika (trop choupi/drôle/top !!), Sakamoto pour vous servir (euuuuh…), Le requiem du roi des roses (grandiose !!)… De quoi nourrir la partie manga du blog n_n.

osaka_station_2

A bientôt, pour de nouvelles aventures mikkistes pleines de transpiration et d’odeurs de pieds.

Ah, ça donne envie, avoue.

 

Publicités

A toi d'jouer è_é !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s