Kiss Him, Not Me tome 5

Le truc qui sert à rien mais que je dis quand même :

J’ai vu le sosie de Nishikido Ryô sur ma précieuse ligne Yûrakuchô !! A l’arrêt Higashi-Ikebukuro, oui !

Si tu sais pas à quoi ressemble le petit Nishikido :

Ah ouais, y'a du level, tu croyais quoi ?

Ah ouais, y’a du level, tu croyais quoi ?

Et du côté de Kae au pays des bishi, ça se passe comment ?

Précédemment dans Kiss him, not me !

 

Après sportif boy, c’est le tour de Mutsumi, le rêveur-bûcheur, ami des professeurs qui a toujours des bonnes notes HAN (yeah Aya Nakamuraaa feat Fababy t’a vu) ! Mutsumi est certainement le plus énigmatique du quatuor bishièsque. Aime t-il Kae ? Oui. Aime t-il les autres garçons ? Oui. Impossible de voir ce qu’il se passe sous sa mase capillaire. Mais quand son grand-frère, accessoirement professeur stagiaire, vient le provoquer, il réalise qu’il existe différentes formes d’amour…

Kiss Him, Not Me ! © JUNKO / 2013 Kodansha ltd.

Kiss Him, Not Me ! © JUNKO / 2013 Kodansha ltd.

Comme je vous le disais, avant, on était sur Igarashi. Sa Kae, il l’aime. Mince, ronde, il s’en fout, il est à fond. Mutsumi, lui, semble découvrir que Kae lui plait beaucoup. Bon, moi, je pensais qu’il la kiffait depuis le début !

Dans la chronique précédente, j’avais l’air de plus apprécier le titre. L’engouement est un peu retombé pour ce tome 5 de Kiss Him, Not me. Des bishi, OK, des fujo, ouioui, mais il manque quelque chose, hélas ! L’histoire ne m’emballe pas autant qu’un Genshiken ou qu’un Princess Jellyfish. Si, dans Princess Jellyfish, la mode est, d’entrée de jeu, le fil conducteur de l’histoire, dans Genshiken, on erre vraiment entre les délires de Madarame et les crises de Saki : il n’y a pas vraiment de fil conducteur, et ça marche quand même.

Je rapproche Kiss him, not me ! de Genshiken, dans la forme, car la ronde/moche fujo qui devient la bombe fujo, c’est tellement léger que… voilà quoi. C’est un bon passe temps, c’est déjà ça^^’ Je voulais écrire des trucs plus corsés mais y’a 4 bishi dans le manga, donc… Sérieux, sans eux, c’était niet ! Kae n’est pas assez fujo ! Elle est trop « fille classique ».

C’est ça qui m’énerve en fait !! Il y a carrément usurpation ! A peine  a-t-elle quelques pulsions fujoshiques quand elle imagine des trucs, mais sinon, la fille se comporte comme UNEFILLE. Tu vois le délire ? Une fujo, c’est pas « UNEFILLE » d’abord. C’est une… personne… étrange… aux goûts tout aussi étranges… une louzeuse épicée-sucrée, une perdante sur mille générations, une maladroite de la vie, une bancale des relations sociales, une bizarrerie parmi les bizarroïdes. Y’a un truc qui sonne faux, chez Kae. Sérieux meuf, j’te sens pas. J’te sens loin, là, avec tes attitudes de fille. Reprends-toi !

Publicités

A toi d'jouer è_é !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s