SummerJoshi ! Ayase Haruka

Y’a pas que les bishi dans la vie. Y’a aussi les jolies filles. Les bishettes. Ça le fait, non ? « Allez ma bichette »… On dirait une phrase de vieux pervers.

J’aime beaucoup Ayase Haruka. J’aime son jeu d’actrice. Elle a l’air simple et décontracté. Et elle est super jolie *x*

Oh la hoooonte ! Je suis sur le blog de Mikki Forever !

Oh la hoooonte ! Je suis sur le blog de Mikki Forever !

Vrai nom : TADEMARU Aya

Vas-y prononce en VO pour voir : AYASE Haruka (綾瀬はるか) | TADEMARU Aya (蓼丸綾)

Expulsée le : 24 mars 1985

A quoi elle occupe ses journées : à crier « Buchooooou » ! Et puis, elle joue dans des drama et des films.

 

SLAM DUNK AND WONDERBRA

Quand tu regardes Haruka, tu te dis : elle est dynamique, vive, joviale. Tu as raison ! Enfant, déjà, la pétillante Haru faisait la joie de ses parents. Quel bonheur de la voir se dépenser sur les terrains de basket ! Au collège et au lycée, Haru est une sportive de haute voltige qui fait vibrer ses muscles puissants sur le parquet, plus impressionnante qu’Hanamichi, oui ! La voilà qui feinte Rukawa, qui passe le gorille, oh, plus que cinq secondes avant la fin du dernier quart-temps, oh, Haruka saute, oui, elle lance le ballon, oh, il percute l’anneau, oh, il tient en lévitation, que va-t-il faire, plus que deux secondes, oh, il rentre, sur le buzzer !! Le ballon est rentré !! BUZZER BEAT !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

M'en fous même si jle mets pas on réglera ça en post-prod.

M’en fous même si jle mets pas on réglera ça en post-prod.

Elle est où Haruka elle est oùùùù ? Elle est où ? Elle est là Haruka elle est lààààà. En train de faire la grabia. (Peace, Christophe Mae).

Alors que sa famille imaginait une carrière au sommet, les States, des selfies avec Jordan et Tony Parker, la demoiselle va poser ses nénés (recouverts d’un fin tissu) (hum, très pervers, ce bout de phrase)  devant l’objectif d’Horipo. Nous sommes en l’an 2000. La fin du monde, il parait. C’était pas des cracks. Pour Haru, c’est la fin du basket. Elle a gagné le 25e Concours de talento, organisé par l’agence Horipo (le Horipo Talent Scout Caravan).

WE ARE REBELS BABY !

Les contrats, c’est difficile à comprendre. Surtout en mode keigo, avec les vieux kanji qu’on ne voit jamais dans le quotidien ! Yamapi a eu le coup ; il n’avait que 11 ans, le pauvre pitchounou ! Haru, elle, est à peine plus âgée : à 15 ans, on est encore un enfant, oui !

Etait-il écrit « grabia » sur le contrat ? Ça se loupe pas, ça, si ? Peut-être qu’elle ignorait  que « Grabia » était la contraction de « Gravure Idol ». Oh et puis, chez Horipo, on peut aussi devenir acteur. Polyvalent, le Horipo. Mais les parents se moquent bien de la polyvalence horipique. Non, non, pas de Horipo, pas de photos, on remballe la marchandise et on fait du basket !

Que dalle ! C'est les photos ou ta vie.

Que dalle ! C’est les photos ou ta vie.

Haru s’oppose à l’avis parental. Elle fait des photos. Plein. De quoi remplir son premier photobook : « Birth in Bali ». Nous sommes en 2001. 2001 ! La pitchounette a à peine 16 ans ! Horipo, c’est trop ! Jamais je ne comprendrai quel neurone pervers incite les gens à produire ce genre de chose. Et qui achète ça, d’abord ? (Non, ne me dis pas u_u). Chez les pitchounous aussi, c’est la guerre des photos plus ou moins sexy. Ils n’ont que leur innocence à montrer, tant pis, on les balance devant l’objectif en disant de faire « comme ça ». Comme quoi ! Les pauvres n’ont de l’amour qu’une vision floue, digne d’un Son Gôku qui demande à Chichi de l’épouser. Et que dire de la déclaration de Végéta (y’en a pas eu). On parle quand même d’un mec qui faisait exploser des planètes. Avec des peuples dedans, quoi. C’est juste le big génocide. Chauuud.

Heureusement, la jeune fille bifurque vite du côté acting de la force. Elle se fait remarquer et obtient ses premiers rôles dans des téléfilms, des drama, puis des films…

BORN TO BE AN ACTRESS

Haruka a de réels talents d’actrice. Je la découvre dans Tatta hitotsu no koi (2006), drama mélancolique avec Kamenashi Kazuya (c’est d’ailleurs ce drama qui provoqua ma 1e kamenashite u_u) (Je précise au cas où ça t’intéresse). Tourné à Yokohama, il conte l’amour impossible entre Nao (jouée par Haruka), riche héritière de joailliers, et Hiroto (joué par Kame), qui peine à redresser la société de son défunt père. L’OST poignant sert parfaitement le drama. Un bijou, vous dis-je !

Dans un registre plus comique, on la redécouvre en 2007 dans Hotaru no Hikari. Jeune salariée appliquée, Hotaru révèle sa vraie nature une fois rentrée chez elle : bière à la main, rots sonores, fringues dégueulasses et trouées, cheveux en vrac, option « je me gratte les fesses et j’en suis fière », la working girl est, en fait, une bordélique ! Quand elle se voit forcée de cohabiter avec son antithèse parfaite, c’est le clash ultime ! Le drama est génial ! Et puis, y’a  « Buchooooooou ! » quoi, (mon) Naohito Fujiki u_u. Le duo comique rempile, en 2010, pour la saison 2 du drama, puis en 2012, pour le film !

Haruka, en mode Hotaru ~ easy life. Moi je valide tout !

Haruka, en mode Hotaru ~ easy life. Moi je valide tout !

En 2014, Haruka tourne, en partie en France, le film All-Round Appraiser Q. Son personnage, Riko Rinda, est une experte en art dépêchée au Louvre alors qu’au Japon, une grande exposition consacrée à Mona Lisa se prépare… Le Planète Japon n°29 revient sur l’expérience de l’actrice. Une très belle interview, dans laquelle Haru revient sur le tournage, qui comprenait des passages en français. Elle raconte une expérience joyeuse, enrichissante, et émouvante. J’espère que tu pourras te procurer le Planète Japon n°29 ! Ne compte pas sur moi pour te faire un compte-rendu de toute l’interview.

En 2015, nouvelle rencontre avec la France. Ayase Haruka foule le célèbre red carpet du festival de Cannes. Elle y défend « Notre petite-sœur » (Umimachi Diary), réalisé par Hirokazu Koreeda. Trois sœurs, rassemblées pour les funérailles de leur père, apprennent l’existence d’une autre enfant. Comment accueillir cette jeune fille ? Est-elle un membre de la famille ? Une nouvelle sœur, à qui l’on devrait céder un bout de cœur, un peu d’amour ?

 

Simple, douée, bosseuse, Ayase Haruka est une artiste à suivre ! En plus, elle est très belle, d’une beauté simple, naturelle, ce qui, je te l’avoue, encourage d’autant plus mon oeil curieux à se pencher sur sa physionomie. N’est-ce pas (hum hum)…

Chuis intelligente, chuis riche, chuis belle, sois pas dég.

Chuis intelligente, chuis riche, chuis belle, sois pas dég.

L’info en plus : la jolie Haru pousse la chansonnette. Eh oui ! L’artiste a sorti plusieurs singles.

Publicités

A toi d'jouer è_é !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s