Les Misérables tome 5

Entre deux douleurs au poignet, je case quelques chroniques. Deux pour cette semaine, n’est-ce pas un bon deal ? Bon, je me suis ouvert l’index gauche en coupant mon sachet de carottes. Heureusement que mon clavier est noir. Ah mais, le sang va-t-il s’infiltrer entre les touches ?

Comment allez-vous, au fait ?

Marius ne va pas très bien. Nous l’avons laissé dans sa modeste chambre de la maison Gorbeau. A-t-il revu Cosette ? A-t-il retrouvé le prétendu sauveur de son père ?

Les Misérables © Takahiro Arai / 2013 / Shôgakukan

Les Misérables © Takahiro Arai / 2013 / Shôgakukan

Précédemment dans Les misérables.

 

Ah, l’amour et ses mystères, ses parfums qu’on invente et qui enivrent.

Vous êtes-vous déjà entiché(e) d’un(e) inconnu(e) ?

On regarde au début, comme ça, l’air de rien. C’est reposant pour les yeux, les belles personnes. On peut bien se permettre un petit coup ici, un autre là, et notre cœur se réchauffe, on sourit béatement. On se sent bien ! Les jours passent, le sourire extatique est toujours là. Le regard se fait plus doux encore, et l’on imagine des choses, l’on bricole des historiettes.

« Je me mettrai ainsi pour attirer son attention. » « Je pencherai la tête comme ceci. Je m’avancerai là, et nous parlerons. »

De quoi va-t-on causer ? Le climat. C’est toujours heureux, le climat. C’est tranquille et sans vagues. Les vagues révolutionnaires, les contestataires. On ne va pas discourir politique, non ! Le temps, c’est bien.

Le printemps passe, et l’été, et l’automne, voici l’hiver qui meurtrit le cœur des hommes.

Marius aimait la jolie inconnue du parc. Las, elle a subitement déménagé, laissant le jeune homme éploré. Ses voisins le ramènent à ses obligations, et le garçon, horrifié, redécouvre leur dénuement. Mais il s’alarme vraiment lorsqu’il comprend que ces gens ont des liens avec son aimée, et avec son défunt père !

 

Les fils du tragique se tissent autour de leurs marionnettes. C’est terrible, comme ces gens semblent être liés. Les Thénardier, les Jean, les Cosette, les Javert. Tout ça part s’enfermer dans la maison Gorbeau.

Mais on espère encore. Des jours heureux pour Jean et sa fille. Une rencontre avec l’honnête Marius. N’ont-ils pas assez souffert ?


Titre japonais : レ・ミゼラブル (re mizeraburu) | Titre français  : Les Misérables   

Auteur : Takahiro Arai | D’après l’œuvre de : Victor Hugo (1862)

Série en cours : 5 tomes sortis en France, 7 au Japon

Le mangaka se base sur l’adaptation japonaise de l’œuvre originale par : Toshio Toyoshima

Edition japonaise : Shôgakukan, 2013

Edition française : Kurokawa, 2015

A lire à partir de 14 ans

Publicités

A toi d'jouer è_é !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s