LA FIN DANS LES MANGANIME : LA TRAGEDIE DE LA FIN FERMEE (partie 2)

Je suis du genre à faire brûler ma cosmoénergie avec les personnages. Jusqu’au bout, je m’enflamme !

Je suis quelqu’un qui regarde l’OAV Kenshin ~ Tsuioku Hen au petit déj ! Je sors déterminée, la main sur le katana imaginaire, certaine de débusquer un membre du Shisengumi.

Je suis la même qui, après avoir lu Tokyo Ghoul, se persuade d’être elle-même une goule, et erre dans les rues à la tombée du jour, capuche bouffant la moitié du visage, à la recherche de ses semblables !

Donnez-moi le Rouge et le Noir, que j’aille me zigouiller par ici ! Et mon cher Louis XIII ! Sa biographie, signée Jean-Christian Petitfils, secoua mes faibles os. Anne-d’Autriche, mauvaise épouse ! Anne de Médicis, mère à moitié !

Quand je vous dis que j’ai des problèmes.

C'est même plus des problèmes, à ce stade

C’est même plus des problèmes, à ce stade.

Pourquoi avouer mes travers les plus inquiétants ? Pour que vous puissiez imaginer mon état, lorsqu’arrive la fin d’une série que j’apprécie. Surtout si la fin est fermée !

Au menu – comme pour le précédent article, y’aura du GROS SPOIL n_n :

Ashita no Joe, Cowboy Bebop, Death note, Rurouni Kenshin et Versailles no Bara.

Précédemment dans « la fin dans les manganime »

Comme dit la dernière fois, avec une fin fermée, il n’y a plus rien à dire. Affinons un peu, voulez-vous. Dans une fin fermée, le héros/l’héroïne, a accompli son objectif, ou pas. Mais, qu’il/elle l’ait accompli ou non, aucun nouvel horizon ne se dessinera devant lui. La fin fermée ultime est celle où le héros/l’héroïne meurt.

ASHITA NO JOE TOME 13

ashita_no_joe_joe_yabuki

Joe

Les chefs-œuvres comme Ashita no Joe sont étranges. On espère, dès le début, que le héros s’en sorte. L’on sait, dès le début, qu’il partira prématurément.

Joe monte sur le ring. Il est pourtant atteint d’une maladie grave : l’ivresse des boxeurs. Ses yeux se troublent, il perd l’équilibre. Mais il veut quand même aller brûler là-bas, sur le ring. Il va combattre Jose, et lui ravir son titre de champion.

La lutte est terrifiante. Encore plus intense que tous les précédents combats de Joe. Chaque coup est un pas vers la mort. Les deux athlètes se mutilent, l’on ne sait ce qui les fait encore tenir debout. Une seconde, Joe l’emporte, une autre, Jose prend le dessus.

C’est finalement lui qui gagne. Mais Joe a mené une lutte farouche. Il n’a pas à rougir de sa défaite. Il s’assied, enfin apaisé. Son coach vient le féliciter. Joe ne répond pas. Il est là, assis sur le tabouret, baignant dans une douce lumière, un léger sourire sur son visage meurtri.

Très belle fin que celle d’Ashita no Joe. Avec le héros, c’est un monde qui s’en va. Il a accompli son objectif. Inutile de poursuivre en donnant des nouvelles des autres personnages, les Yoko, les Nishio… Inutile de faire parler une voix off, d’expliquer pourquoi, comment. Inutile d’entendre les proches évoquer Joe, le rebelle ravagé. Non, non, il n’y a rien à dire. Tout mot, toute image supplémentaire aurait été superflue. Joe est mort.

COWBOY BEBOP EPISODE 26

Comme Ashita no Joe, Cowboy Bebop se termine par la mort du héros. Ici, l’image ne s’arrête pas sur le corps de Spike, mort. Vicious tombe le premier. Spike a accompli son objectif. Il descend lentement, les escaliers. On retrouve la douce lumière. Un dernier « bang », et c’est la fin, pour lui aussi. Peu à peu, le titre « Blue » nous emporte loin, dans le ciel. J’aime beaucoup cette chanson. Aérienne, avec, en même temps, une simplicité brute. Comme un retour à la nature. L’homme, né poussière, retourne à la poussière. La dernière image montre le visage de Spike, serein.

Strange family ! De gauche à droite : Ein (le chien !), Ed, Spike, Jet, et Faye

Cowboy Bebop’ family ! De gauche à droite : Ein (le chien !), Ed, Spike, Jet, et Faye

Là aussi, inutile de montrer les autres, les « que sont-ils devenus », les témoignages de proches, ça ne sert pas. D’ailleurs, le film de Cowboy Bebop se passe lorsque Spike est vivant. Aucun intérêt de montrer un film sans lui, ou avec lui, mais en mode « souvenirs ».

DEATH NOTE TOME 12

Le manga présente t-il une fin fermée, ou une « double fin ouverte » ?

Sale ! J’pourrai plus lire les articles de Mikki Forever !

La fin officielle est bien sûr celle du tome 12. Light meurt sans avoir réalisé ses desseins. La vie reprend, avec les gentils et les méchants, les gens gris, les enquêtes de police. L’on suit brièvement le nouveau quotidien, avant d’être entraîné auprès d’une étrange procession. C’est la nuit. Des centaines de personnes, enveloppées dans de longs tissus, se rassemblent à l’écart du monde urbain. Au centre, Misa, en pleine adoration de son « seigneur Kira ». La dernière page achève : « Ainsi se conclut l’histoire de Death note » « Une fois morts, ils ne reviennent jamais à la vie ».

Pourquoi évoquer une « double fin ouverte » ?

Pour certains, Death note se termine au tome 7, avec la mort de L. Le « vrai » héros étant mort, l’histoire n’a plus d’intérêt. La suite ne serait qu’une variation sur la vengeance, avec des sosies imparfaits (Near, Mello), de L. Je fus moi-même bien peinée d’apprendre la mort de L. Je l’aimais bien, cet original ! Il m’inspira quelques horreurs que, dans ma folie, j’osai nommer « fanarts » (mes excuses).

Ah, c’est ainsi, ne faisons pas nos rageux, le manga continue ! Et Mello fait un rebelle très cool, avec ses hauts moulants et ses tablettes de choco.

Je range Death note dans la case « fins fermées ». Une fin dans laquelle le héros ne parvient pas à réaliser son objectif.

Pourquoi Death note ne se termine pas sur le corps mort de Light ?

Les auteurs n’ont pas arrêté l’histoire sur la mort du héros. Est-ce parce que, contrairement à Spike ou Joe, Light ne véhiculait rien de positif ? En continuant le récit, les auteurs semblent montrer que Light était juste un homme, contrairement à ce qu’il pensait. La vie continue sans lui. L’on regarde donc la petite secte massée autour de Misa avec circonspection : encore un groupe de fanatiques tombé dans le piège d’un homme.

Je reviens sur ce que je vous ai révélé, en intro (un coup de curseur en haut, mais oui, tu peux le faire !). Le manga Death note ne fait pas partie des titres pour lesquels je me suis enflammée. La mort de L ne m’attrista pas au point de me faire sortir la nuit, couverte de cernes, dans un jean trop grand, cherchant un hypothétique Kira à dégommer^^’

 

Oh mon Kenshin !!

Oh mon Kenshin !!

Je passe très rapidement sur les fins de Rurouni Kenshin et Versailles no Bara. Mon attachement pour Kenshin et Oscar est telle que je ne peux plus les regarder, au risque de courir les rejoindre !

L’OAV Seishou hen est un long chemin vers la mort. Dès les premières images, le visage de Kenshin, la musique poignante, la vie pénible… Ce fut une véritable épreuve, de visionner l’OAV jusqu’à la fin. Je devins une épave plusieurs jours durant, après cela.

Avec la mort d’André, puis celle d’Oscar, impossible d’imaginer une suite à Versailles no Bara. Rosalie évoque l’après, les périodes troubles et les massacres, la lente montée de la Terreur. Mais le monde s’est arrêté avec Oscar.

Quelle fin plus dramatique que la mort du héros/de l’héroïne ? Je n’ai pas trouvé d’exemple de fin fermée où le personnage principal reste en vie. Je dois avoir du goût pour le tragique ! Si vous avez des exemples de ce type de fin, je suis preneuse n_n.

Je vous avoue avoir réalisé l’article de tête, sans revoir les manganime concernés. Je ne veux pas souffrir, moi ! Exception pour Death note u_u. La mort de Kira n’ayant eu aucun effet sur mon état psychologique, j’ouvris le manga avec professionnalisme et détachement.

versailles_no_bara_wallpaper

Rendez-vous prochainement, avec les vivants et leurs fins ouvertes n_n !

QUESTIONS SUBSIDIAIRES POUR FAIRE FRETILLER VOS DOIGTS MUSCLES

  1. En général (dans les romans, films, manga, BD etc.), préférez-vous les fins ouvertes ou fermées ?

2. Avez-vous déjà pleuré la disparition d’un personnage ?

3. Vous êtes-vous déjà pris(e) pour une goule ??

4. Pensez-vous que « goulesse » signifie « jolie goule » ?

5. Avez-vous déjà tenu votre téléphone comme L ?

6. Aimez-vous croquer des tablettes de chocolat ?

Publicités

2 réflexions sur “LA FIN DANS LES MANGANIME : LA TRAGEDIE DE LA FIN FERMEE (partie 2)

  1. « Je suis la même qui, après avoir lu Tokyo Ghoul, se persuade d’être elle-même une goule, et erre dans les rues à la tombée du jour, capuche bouffant la moitié du visage, à la recherche de ses semblables ! »
    J’ai tellement ri !! Je me suis vue aussi dans cette phrase haha ! J’aime beaucoup ton blog !

    J'aime

A toi d'jouer è_é !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s