Your Lie in April tome 8

Le son du piano

L’être qui s’en va

Les jours avec toi

Les souvenirs douloureux

Et demain, les jours heureux

SHIGATSU WA KIMI NO USO © Naoshi Arakawa / 2011 / Kodansha Ltd.

SHIGATSU WA KIMI NO USO © Naoshi Arakawa / 2011 / Kodansha Ltd.

Précédemment dans Your Lie in April

Kôsei a décidé de partir étudier à l’étranger. Il n’est plus le même, et veut prendre le risque de changer encore. Il semble presque impatient de découvrir cet autre lui qui émerge et s’émancipe. Tsubaki, elle, ne comprend, ni sa joie, ni son empressement. Et ce piano, qu’il est bruyant ! Elle déteste l’instrument, les notes, le son, l’univers terrible qui l’éloigne de Kôsei.

Elle n’a jamais été proche de lui, au fond. Toujours, l’encombrant intrus entre eux deux. Avec son copain, c’est pareil. Qu’en pense t-il, lui, de ce ménage à trois ? Ce n’est pas comme ça qu’on avance.

Kaori voudrait bien avancer, mais sa maladie prend inexorablement le dessus. L’adolescente lui oppose sa volonté et son sourire. Ça remonte un peu le moral, mais ça ne soigne pas, hélas. Le mal rampe la nuit, perfide, étouffe la jambe, paralyse la main. C’est fatiguant d’être courageuse. Kaori trouve du réconfort auprès de Kôsei, s’autorise quelques larmes.

Une jeune collégienne perturbe le nouveau quotidien du jeune prodige. Elle s’appelle Nagi Aizato, et cache un caractère tempétueux, sous ses airs de petite fille sage. Elle dit vouloir être formée par Hiroko Seto, mais semble davantage intéressée par Kôsei. Qu’a-t-elle à voir avec lui ?

 

J’aime cette pudeur avec laquelle les personnages se dévoilent. Tout comme le thème qu’il développe – la musique – Your Lie in April pose un rythme, doux et enjoué au début, ponctué de secousses nerveuses, qui ouvrent sur un nouveau paysage, toujours doux, mais un peu douloureux, un peu mélancolique.

Les sentiments des personnages nous traversent, et l’on ressent le vide, terrible, abominable. Hier, Kôsei. Aujourd’hui, Kaori. La douleur, le sentiment d’injustice, la terreur de n’être rien. Certaines personnes respirent ainsi. Par la musique, l’écriture, le dessin, le chant, les maths, la cuisine, le sport, quelque chose qui les empêche de se noyer. Leur enlever ça, c’est les enfermer dans un monde sans couleurs.

Mais là encore, Naoshi Arakawa estompe le trait, met une touche de lumière dans l’obscurité. La douleur est là, mais l’on veut encore croire. Les jours heureux ne sont pas terminés.


Titre japonais : 四月は君の嘘 [higatsu wa kimi no uso] | Titre français : Your Lie in April

Auteur : Naoshi Arakawa

Série finie en 11 tomes | 8 tomes parus en France

Editeur japonais : Kôdensha, 2011 | Editeur français : Ki-oon, 2015

Genre : tranche de vie, école, musique, romance

A lire dès 12 ans !

Publicités

A toi d'jouer è_é !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s