Kiss Him, Not Me ! tome 2

Oyé oyé, fujoshi et autres otaku ! Kiss Him, Not Me 2 est arrivé ! J’ai pris du retard, oui, j’ai honte, c’est un scandale, oui, je ne fous rien, à bat les nolife, oui.

Au festival culturel d’automne, les mecs portent des robes. Surtout les bishi. C’est le coup classique du travestissement, évènement ô combien important pour les fujoshi. Notre copine Kae ne sait plus où mater, s’improvise couturière générale : ah, la coquinette !

La jolie fujo pourra -elle profiter tranquillement du festival ? Le sportif Igarashi commence à s’impatienter. Ça ne l’intéresse pas, d’être « le pote ». Il est gourmand !! Que cherche t-il, avec son T-shirt serré ? Attention, Kae !!

Kiss Him, Not Me ! © JUNKO / 2013 Kodansha ltd.

Kiss Him, Not Me ! © JUNKO / 2013 Kodansha ltd.

La petite Kae Serinuma aurait dû s’en douter. Le festival culturel ne se passe pas comme prévu. C’est que la jolie lycéenne excite tout le monde, dans son uniforme de soubrette. Les mecs sont chaaaaauds ! A commencer par Igarashi le musclé, qui exige de passer plus de temps avec la belle. Les autres s’y mettent aussi : Nanashima le moqueur, Mutsumi l’intello chelou, Shinomiya le doux, ils veulent tous leur morceau de Serinuma. La pitchouette se coupe en quatre, accorde un tête à tête à chacun des beaux gosses. Ça ferait plaisir à n’importe qui, mais elle, ce qui la fait baver, c’est de les voir ensemble !

Les mecs ne comprennent rien u_u.

Précédemment dans Kiss Him, Not Me !

Nous sommes en décembre (oui, le temps passe vite u_u). Les quatre bishi s’imaginent immortaliser des instants mémorables avec la joli fujo. C’est niet : direction le Comiket d’hiver. Les mecs n’ont pas le choix : pour être avec Kae, ils affrontent courageusement la foule d’otaku, les doujin plus ou moins *hum hum*. Igarashi et Nanashima frôlent la syncope ! Shinomiya manque de péter les plombs. Mutsumi semble étrangement à l’aise au milieu de ces histoires d’hommes…

Et Kae ? Alors qu’elle se faisait malmener par un dangereux otaku, un bel androgyne la délivre…

 

Un tome aussi sympathique que le premier. L’arrivée du « bel androgyne » amènera certainement un peu d’épices dans cette comédie sucrée.

Mais.

Il manque quelque chose, dans ce manga. Comme je le craignais, Kae Serinuma est une fille banale. J’ai la sensation qu’on lui a rajouté le caractère « fujoshi » de manière artificielle. Las, ça ne colle pas.

Et pourquoi elle était ronde, d’abord ? Là encore, ça n’est pas du tout exploité. N’importe qui s’interrogerait, prendrait un temps à apprivoiser son nouveau corps. Ici, Kae s’accommode parfaitement de son nouveau physique, moulant sa poitrine dans des hauts stretchs, exhibant ses nouvelles jambes dans des shorts et des mini-jupes. Quel dommage ! J’ai la sensation qu’on lui a plaqué l’étiquette « ex-grosse », pour faire genre.

 

LE TRUC CON VU DANS LE MANGA : Le cliché du gros otaku dégueu pervers. Namé sérieux, quoi u_u. On connaît la douche et le peigne, merci x_x

Le temps passe trop vite. La mangaka semble vouloir créer des saynètes autour de gros évènements : la fête culturelle, le comiket… ça ajoute au sentiment « d’assemblage mécanique ». Les chapitres s’empilent, on est déjà en hiver, je pressens un bon doss « Saint Valentin » pour le tome 3. Je veux bien, mais il ne faut pas se limiter à ça.

Là où un Princess Jellyfish ou un Genshiken nous permettent réellement d’explorer le quotidien décalé d’individus bizarres, Kiss Him, Not Me stagne à la surface des eaux. Je suis néanmoins certaine que la série n’a pas encore exprimé tout son potentiel. Les fujo, ça a des choses à dire et à montrer. Beaucoup ! Les ringards doivent prendre le pouvoir !

Kiss Him, Not Me reste un manga sympathique. J’espère que les prochains tomes seront plus punchy !


Titre japonais : 私がモテてどうすんだ [Watashi ga motete dô sunda]

Titre français : Kiss Him, Not Me !

 Auteure : JUNKO

Série en cours : 2 tomes sortis en France, 8 au Japon

Edition japonaise : Kodansha, 2013 | Edition française : Tonkam, 2016

Genre : fujoshi, otaku, école, tranche de vie, comédie, romance, shôjo

A reluquer dès 12 ans, pour mieux comprendre les cours d’SVT

Publicités

A toi d'jouer è_é !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s