Les Misérables tome 4

Les Misérables © Takahiro Arai / 2013 / Shôgakukan

Les Misérables © Takahiro Arai / 2013 / Shôgakukan

Précédemment dans Les Misérables

 

Fin du cauchemar, pour la jeune Cosette. Auprès de son nouveau père, elle revit, grandit, devient une jolie jeune fille.

Les Thénardier, eux, réussissent à s’attirer la sympathie des mourants. Terrible méprise d’un soldat blessé, qui prend le père Thénardier pour un sauveur. L’homme ne faisait que piller les cadavres… Tant pis ! Son nom est entré dans les archives. Marius, le fils du soldat, le cherchera, lorsqu’il grandira.

Pour l’instant, il est encore enfant. Grâce aux bons soins de ses grands-parents, il s’affermit dans la détestation et le mépris de son père, ce bonapartiste. Plus tard, il comprend. Mais il est trop tard. Marius fuit ses grands-parents, court chercher ce père qu’il n’a pas connu, se confronte à la vie brutale, faite de joutes oratoires et de disette. Il survit, parvient, tout de même, à terminer ses études de droit. La rudesse du métier d’avocat ne lui convient cependant pas. Il préfère l’honnêteté d’une vie de traducteur. Avec son petit salaire, il fait quelques œuvres bonnes. Il recherche toujours l’homme qui « a sauvé son père », n’est-ce pas. Fichu Thénardier !

Un tome au rythme plus posé. Nous laissons un instant Jean Valjean, pour ouvrir le chapitre « Marius ». Notre sang se glace, en pensant aux terribles Thénardier. Qu’ont-ils fait à leurs filles ? Que feront-ils de Marius ?

 

Enfant, je croyais que la version des Misérables étudiée à l’école était une intégrale. Je ne songeais même pas qu’il pût y avoir une édition abrégée et une autre, complète. Mes enseignants successifs se gardaient bien de me l’apprendre. Il me suffisait pourtant de lire « texte abrégé » sur la couverture du livre, ou à l’intérieur. Horreur et stupéfaction : cette indication capitale ne figurait pas sur toutes les versions des Misérables ! Duperie !!

Calmons-nous. Sur la mienne, était bien écrit : « texte abrégé », en gras, sous du titre. Il fallait être sot(e) pour ne pas la voir. J’étais sotte. « Je le suis toujours » : je vous imagine me cracher cela, oh, oui, je le vois !

Je cherche l’édition intégrale. Je n’apprécie guère le gros format vendu en librairie. N’existe-t-il pas une version plus raffinée, tendance « Beau livre », avec une police agréable et socialement juste ? Parce que les hiéroglyphes qui s’embrochent sur le gros livre, là, c’est l’assassinat des pupilles ! Enfin… je m’époumone sans doute en vain, et finirai bien par me procurer cette édition-là.

 


Titre japonais : レ・ミゼラブル (re mizeraburu) | Titre français : Les Misérables

Auteur : ARAI Takahiro

D’après l’œuvre de : Victor Hugo (1862)

Le mangaka se base sur l’adaptation japonaise de l’œuvre originale par : Toshio Toyoshima

Edition japonaise : Shôgakukan, 2013

Edition française : Kurokawa, 2015

Série en cours : 7 tomes parus au Japon, 4 en France

Genre : historique, drame, critique sociale, seinen

A lire à partir de 14 ans

Publicités

A toi d'jouer è_é !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s