Mikki Forever Tanjoubi !! Les Misérables tome 3

Deux visions de la justice s’opposent. L’inspecteur Javert se retranche derrière le droit, l’ordre établi. Monsieur Madeleine, lui, croit également en l’humain. Les actions de Fantine sont compréhensibles, et pardonnables. Il faut la libérer. Lui permettre de revoir sa fille, Cosette. Lui offrir l’heureuse vie à laquelle elle aspirait. Monsieur Madeleine s’engage. Il sauvera la mère et l’enfant.

S’il avait su que cette histoire ferait ressurgir le passé de Jean Valjean ? En piétinant le droit pour délivrer Fantine, Madeleine a écrasé la fierté de l’inspecteur. Toute liberté ne peut s’établir que dans l’ordre social, le cadre étatique. Supprimez le cadre, et vous verrez des misérables cracher au visage de notables, terroriser la bourgeoisie.

Les Misérables © Takahiro Arai / 2013 / Shôgakukan

Les Misérables © Takahiro Arai / 2013 / Shôgakukan

Javert demande à être reçu par le maire. On dirait un mauvais présage, cet homme. Mais il s’excuse : il prenait le maire pour un autre homme, un misérable forçat. Dans l’ombre, l’inspecteur enquêtait, certain que ses doutes allaient être confirmés. Mais non. Il s’était véritablement trompé. Monsieur Madeleine n’est pas Jean Valjean, le forçat. Ce dernier a été retrouvé.

L’imbécile prétend se nommer Champ-Mathieu.

Mais ses anciens co-détenus l’on reconnu.

C’est bien Jean Valjean. Pour lui, la condamnation sera sévère.

Les galères à perpétuité.

Précédemment dans Les Misérables

Dans ce tome 3, une scène m’a particulièrement marquée : celle où Jean Valjean se confronte à lui-même. Doit-il révéler qui il est, terminer dans les galères ? Et qui sauvera Fantine et Cosette ? Qui contribuera au bien-être des habitants ? Va-t-il sacrifier autant de vies, pour innocenter un marginal ? Champ-Mathieu n’est rien. Un ivrogne comme lui peut bien mourir pour le bien de tous, non ? Mais cela reviendrait à conclure que toutes les vies ne se valent pas.

Takahiro Arai décrit bien le changement qui s’opère, peu à peu, dans le cœur de l’homme. Une nuit scellera son destin. Quel grand homme que ce Jean Valjean.

Les autres, par contre. Va-t-on les juger ? Les Javert et leur Code civil, va-t-on les punir ?

L’on voudrait crier : « Mais c’est inadmissible ! Le pauvre Jean Valjean… son crime, c’est celui de la misère ! » Il faut néanmoins se replonger dans le contexte de l’époque.  Mais tout de même : l’empathie, la compassion, elles aussi, ont-elles une époque ?

Non, à voir le comportement de Jean Valjean.

 

Un titre qui reste fort, qui invite à la réflexion.


Titre japonais : レ・ミゼラブル (re mizeraburu) | Titre français : Les Misérables

Auteur : ARAI Takahiro

D’après l’œuvre de : Victor Hugo (1862)

Le mangaka se base sur l’adaptation japonaise de l’œuvre originale par : Toshio Toyoshima

Edition japonaise : Shôgakukan, 2013

Edition française : Kurokawa, 2015

Série en cours : 7 tomes parus au Japon, 4 en France

Genre : historique, drame, critique sociale, seinen

A lire à partir de 14 ans

Publicités

A toi d'jouer è_é !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s