Mikki Forever Tanjoubi !! Le Voleur d’estampes tome 1

Beh oui, c’est bientôt mon anniv, je vais me la péter pendant toute la semaine, eh ouais è_é

Ah, c’est pas trop tôt !

J’étais certaine d’apprécier Le Voleur d’estampes. Je ne me suis pas trompée ! Camille Moulin-Dupré, l’auteur, nous entraîne dans le Japon du XIXe siècle. Un Japon tourmenté, où un mystérieux voleur effraie la haute société.

Regardez le même type, le jour : il est honnête, besogne dur pour son père, gérant d’un restaurant portuaire. Ça le saoule. Il attend la nuit pour s’éclater. Vivre, enfin ! Porté par le vent, grisé par l’odeur suave de l’interdit, le Voleur pénètre les demeures, fouille l’intimité, emporte des trésors… Qui arrêtera le maître de la nuit ?

LE VOLEUR D'ESTAMPES © Camille MOULIN-DUPRE / 2015 / Glénat

LE VOLEUR D’ESTAMPES © Camille MOULIN-DUPRE / 2015 / Glénat

Une jeune fille. Elle l’a reconnu. Est-ce la fin de la liberté, pour notre héros rebelle ? Le retour au port, ou pire encore ?

Cette fichue fille est l’unique héritière du gouverneur !

Le Voleur d’estampes est un voyage graphique et poétique. La mise en page, les dessins délicats de l’auteur, la disposition des dialogues, tout nous rappelle les belles estampes japonaises. Invitation au voyage, la BD pique notre curiosité. Le Voleur, on le comprendrait presque ! On suit avec gourmandise ses envolées, la nuit, sur les toits des maisons, dans les chambres, sa grande main qui dérobe, sa cachette. Camille Moulin-Dupré décrit avec finesse et précision l’état d’esprit du héros. Le contraste entre sa vie la nuit et son ennui du jour n’en est que plus saisissant.

La nuit, les êtres et les choses semblent enveloppés dans une brume mystérieuse ; l’on ne voit pas les visages, tout le monde dort. Le Voleur peut s’exprimer. Le jour, par contre, quelle horreur ! Les hommes et les bêtes se percutent, l’on doit soulever des charges lourdes, supporter le bruit, et les relents des hommes, encore ! Le Voleur s’ennuie.

L’héritière aussi. Son père entend la marier à un jeune colonel. Le gouverneur loue son ardeur au combat ; sa fille s’en fiche, elle ne l’aime pas. Pour vivre un peu, elle crée sa propre brume. Dans l’opium. Les corps se transforment, des êtres surnaturels surgissent, l’héritière se noie dans ses rêves…

Et elle le surprend, lui. Le Voleur.

Que va-t-elle faire ? Avertir son père, jeter le garçon en prison ?

 

J’ai beaucoup aimé Le Voleur d’estampes. Je ne lis quasiment pas de BD, et cherche justement, en cette année 2016, à explorer d’autres horizons. Pour moi, cette œuvre est inclassable. BD, manga, comics… ces appellations, nécessaires, par souci d’organisation, briment parfois la créativité artistique. Impossible de catégoriser Le Voleur d’Estampes, et c’est tant mieux !

J’espère que vous apprécierez ce titre autant que moi n_n.


 

Le Voleur d’estampes | Camille Moulin-Dupré

Série prévue en deux tomes | à lire dès 14 ans, la tête pleine d’horizons nouveaux

Editeur : Glénat, 2015

 

Publicités

A toi d'jouer è_é !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s