Lily la menteuse ~ tomes 5 à 17 [fin]

USOTSUKI LILY © Ayumi KOMURA / 2010 / SHUEISHA Inc.

USOTSUKI LILY © Ayumi KOMURA / 2010 / SHUEISHA Inc.

Je n’ai même plus la force de faire du tome à tome, ou du double tome. Allez, c’est parti pour le pack, la big chronique. C’est tout ce que mérite Lily la menteuse. Et dire que je les tous achetés ! Au prix fort ! Quel gâchis !

On la présente comme une « sitcom humoristique » ; c’est toi la sitcom ! Rien à faire, ce manga ne m’intéresse pas. C’est nuuuuuuuuuuuuuuuuuul !!

Une comédie loufoque. Des bishi en cascade (enfin, quand ils sont bien dessinés) (OK, je suis cruelle), des travestis (tout le monde connaît ma passion pour les travestis *o*)… tout aurait dû me plaire !

Et puis, je ne suis pas compliquée, moi, je suis même très bon public. Je me marre en cascade devant Host club et les frasques de Tamaki ! Pourquoi Lily la menteuse m’arrache des rides de colère !?

 

En est amnésique. Namé la mangaka nous le ressort genre mille fois, ce truc O_O ! En amnésique en mode fille, En amnésique en mode garçon, En amnésique en mode WTF… Je sais pas, trouve autre chose, meuf ! C’est bidon ! La première fois tu te dis, OK, le coup classique de l’amnésie, why not ? La deuxième fois, déjà, t’es un peu plus sceptique. La troisième fois tu dis NOOOOOOOOOOOOOOOOON !! C’est INTERDIT ça !

Naota tombe amoureux. Le meilleur ami d’En pécho Reina, une fille croqueuse d’hommes (genre u_u). Mais son richou de père ne l’aime pas, oh no ! Naota demande à En de jouer sa petite amie. Faut bien trouver des prétextes au travestissement.

Tout le monde se travestit ! Les frangins de En, le petit frère de Hinata. T’as mal aux yeux, y’a des bishi partout. Mais tu ne reconnais personne, donc tu te lasses. Eh oui, même les fujoshi connaissent la fatigue de l’œil lubrique.

En doit rencontrer les parents de Hinata. Ça rigole plus, c’est du sérieux. Ils ont même fait du *hum hum* ^^’ ! Mais bon, En flippe : venir en fille, en garçon, les deux, il sait pas, demande à ses frangins de se travestir en lui, hop, matage gratuit, mais tout compte fait non, il vient en fille lui-même, et puis en garçon, il aime ça, le changement. Relou.

Les persos secondaires ont aussi une vie. Le samourai Kojiro et sa tsundere (= elle a l’air froide, comme ça, mais c’est une mignonette à l’intérieur) Komachi se disputent. Il a le sang chaud, Kojiro, il veut aller plus loin. Mais la pitchounette a des réserves.

USOTSUKI LILY © Ayumi KOMURA / 2010 / SHUEISHA Inc.

USOTSUKI LILY © Ayumi KOMURA / 2010 / SHUEISHA Inc.

A partir du tome 15, la mangaka fait genre y’a un fil conducteur. Tout s’accélère, c’est le voyage des rebondissements ! Hinata part avec la famille de En en Italie. La mère de son keumé est enceinte, y’a un mec de son staff qui lui tourne dangereusement autour, attention danger quoi. Mais non, c’est toujours wtf. Sauf pour Hinata qui se met à jalouser la petite sœur de En (ouais, la mère accouche entre temps). Elle s’interroge, la choupette : quel horrible comportement ! Sera-t-elle toujours ainsi, même lorsqu’elle sera mère de famille ? Sa vie tourne trop autour de En, il faut se séparer !

 

Retour à l’école, et séparation, donc. N’importe quoi. Une nouvelle élève débarque, enfin, un travesti, encore. D’où que tu intègres un nouveau perso à deux tomes de la fin de ta série ? Enfin bref, why not, me direz vous. Là, c’est plus NANIIII !! QUOIIIII !! C’est archi nul, trop de situations abracadabrantesques, de quiproquos des toilettes, de séquences moyennement drôles, terriblement plates.

Bien sûr, les deux amoureux se retrouvent, avec leur amour comme un feu dévorant. Un happy end pour la fin, et c’est mon portefeuille qui pleure @_@. Quel mauvais choix alors !

J’ai essayé. Je n’ai pas réussi à apprécier cette série. Pas un tome ne m’a plu. Même le déluge de bishi travelos m’a saoulée. Suis-je trop sévère ? J’ai souvent eu la sensation que l’auteure se satisfaisait de situations convenues. Dans la narration, par exemple, où notre amoureuse de yonkama (manga humoristiques en 4 cases) ose nous pondre des chapitres entiers sur ce modèle-là. Original ? J’ai parfois l’impression que ces « histoires drôles » cachent un manque de temps… ou plut dramatique encore ? Comme si la mangaka n’avait pas pu dessiner un chapitre propre, complet. Faire des SD, c’est plus rapide. Ah, je m’en veux. Je suis cruelle. Moi-même suis l’impératrice de la lenteur… et j’ose critiquer, j’ose !

Dommage… Ayumi Komura a l’air pétillant et très avenant ! Mais son manga me laisse un arrière goût « bâclé ». Ah ! Le mot est peut-être trop dur !

 


Titre japonais : うそつきリリィ (usotsuki lily) | Titre français : Lily la menteuse

Auteure : KOMURA Ayumi

Série finie en 17 tomes en France et au Japon

Editeur japonais :  Shueisha, 2009 | Editeur français : Delcourt, 2012

Genre : travelo power !! amour toujours, comédie, school way of life

A lire à partir de 12 ans

Publicités

A toi d'jouer è_é !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s