Comment justifier son absence au travail ~ épisode 1

Par un mot du médecin, me diras-tu.

Quel manque d’originalité ! Chèr(e) ami(e) ! En 2016, il faut être une personne de goût, il faut oser ! Au diable les excuses traditionnelles et autres justifications scolaires telles que : « mon chien a mangé mon devoir ». As-tu un chien, déjà !?

De l’audace, enfin, de la folie !

Je suis tellement navrée de ne pouvoir aller travailler...

Je suis tellement navrée de ne pouvoir aller travailler…

Je vais te dévoiler un autre de mes travers (sécher le boulot !?). Diantre, loin de moi cette infamie ! Je te le dis car je t’apprécie : la relance de l’économie, c’est un peu moi *gonflement de mes trois narines*. Eh oui ! Je BOSSE ! I’m working a lot, penses-tu !

Petit tour mikkiste de ces choses que l’on n’ose dire à ses chefs. Je dis tout, moi ! J’y mets des formes, et cela passe toujours u_u.

L’EXCUSE DU SOUS VETEMENT

Madame, Monsieur,

En consultant les données de mon armoire privative, je constatai, non sans étonnement, qu’il me manquait un sous vêtement. En effet, connu(e) pour organiser scrupuleusement ma semaine de travail, je dispose toujours, à portée de cuisses, de ce carré d’aisance 100% coton (le triangle étant réservé à mes parties du vendredi après-midi, dans la salle des archives) (n’hésitez pas à venir nous rejoindre la prochaine fois).

Triant mes pensées, je me souvins qu’un dysfonctionnement de ma machine à laver – j’avais pourtant utilisé Calgon, l’ami du lave-linge – m’empêcha de récurer correctement ma garde-robe. N’écoutant que mon courage et le savoir des anciens, j’empoignai vigoureusement mon lot de sous vêtements, prêt(e) à les laver à la main. J’ouvris courageusement le robinet d’un geste souple du poignet, quand, tout à coup… rien ! Point d’eau ! Alarmé(e), je perquisitionne les demeures du voisinage. Coupure générale !

Vous comprendrez fort aisément la position désastreuse dans laquelle je me trouve. Il m’est impensable de me rendre au travail dans un caleçon détérioré. Et je ne suis point un(e) sans culotte, moi ! Je couvre mes parties, les entretiens avec délicatesse et professionnalisme.

Selon la mairie de ma commune, l’incident durera une semaine. Je reviendrai donc vous vendre ma force de travail passé ce délai.

Pensez bien que cette situation m’embarrasse grandement.

Vous remerciant pour votre compréhension,

Cordialement,


 

Entendons-nous bien : je ne t'ai rien dit ! Je ne suis pas dans le coup !

Entendons-nous bien : je ne t’ai rien dit ! Je ne suis pas dans le coup ! Tant pis si tu as des embrouilles u_u.

Publicités

A toi d'jouer è_é !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s