Princess Jellyfish tome 5

KURAGE HIME © 2009 Akiko Higashimura / Kodansha

KURAGE HIME © Akiko Higashimura / 2009 / Kodansha

On a laissé les Amars devant les portes de Charon !! Voyez plutôt : Mayaya, Banba et Tsukimi lâchées dans leurs guenilles de geekettes la nuit, en plein Shibuya. Pourquoi sont-elles là ? L’appel de la bouffe ! Demandez à Mayaya et Banba, c’est puissant, ce truc ! Kurapinou leur a promis un canard laqué. Tout de même ! Les Amars peuvent donc faire fi de cette antre de l’enfer pour croquer dans la viandasse ? Noooon, rassurez-vous : elles ne pensaient pas du tout devoir rejoindre Kuranosuke à Shibuya. Le téléphone, ça crée des interférences. Elles ont pas compris, quoi (surtout que c’était Mayaya, qui checkait le rendez-vous).

Et voilà nos trois pauvres filles devant un Kuranosuke qui n’a pas le temps de paniquer ! C’est qu’il était sorti s’amuser en boite avec des copines, en mode garçon ! Vite, il attrape la perruque d’une de ses potes, part à la rencontre des Amars… Elle est là, la porte de Charon ! Les amies de Kurapinou l’ont suivi et s’exclament : qui sont ces relou !? Des amis de Kuranosuke ???? La hooooooonte !!

Les Amars, elles… se figent ! Suspense au pays des trains et des méduses !

Article écrit en août 2015 *tousse* (Ah bah, le temps file !)

Précédemment dans Princess Jellyfish

C’est toi le suspense. Ce qu’il y a de cool avec nous, les neets, c’est qu’on est remplis d’imagination. Le mode figé, le mode caillou brisé, le mode pierre moonwalk, on sait tout faire ! Au lieu d’affronter les moqueries des humanas coquettas, les filles pourries se réfugient dans leurs petits délires respectifs (les trains, les méduses, les 3 royaumes !)

Il y en a aussi une qui part dans un autre monde… La sulfureuse Inari aurait-elle un petit cœur, avec des épices et du romantisme ? Shû ne semble pas avoir succombé à ses attaques. Elle, part contre… Mais ressaisis-toi, Inari ! On ne t’a pas embauchée pour la romance, mais pour raser la résidence Amamizu !

Justement, à la résidence, ça chauffe encore pour Tsukimi. Embarquée par Kurapinou (ce type est une tornade u_u) pour assister à une pièce de théâtre de ses potes étudiantes, elle se retrouve à confectionner des robes de méduses ! Et ça marche ! Le public est ravi, le spectacle est une réussite, standing ovation pour Tsukimi et ses copines Amarettes (sauf Mayaya et Banba, elles servent à rien u_u) ! Pour Tsukimi, c’est l’heure de monter sur scène… n’est-elle pas la styliste ? Elle ne comprend rien, ne voit rien. Ah, si. La main de Kuransuke qui tient la sienne.

A quoi pense t-il, Kuranosuke ? En propulsant Tsukimi ainsi, en la présentant comme styliste, il vient de créer une marque de vêtements. La marque des Amars : Jellyfish.

Est-ce le début d’une nouvelle aventure, pour notre jolie médusette ? Oui, elle ne s’en rend pas compte, mais Kuranosuke le sait, lui. Et il rougit !

 

Tsukiiiiiiiiiiiii !! Ma petite Tsukimi, que tu es mignonne ! Veinarde ! Un pur bishi en pince pour toi ! Réjouis-toi, idiote >_< !! D’autres n’ont pas ta chance !!

Toujours aussi drôle, ce manga se dévore sans modération >_< !


Titre japonais : 海月姫 (Kurage hime) | Titre français : Princess Jellyfish 

Auteure : HIGASHIMURA Akiko

série en cours : 15 tomes parus au Japon et en France

Editeur japonais : Kodansha, 2009  | Editeur français : Delcourt, 2011

Genre : les trucs de nolife, neet, et autres losers, comédie, tranche de vie, fashion

A dévorer dès 14 ans, en criant : vive les fashion’losers !

Publicités

A toi d'jouer è_é !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s