Emma – tome 5

On l’a dit : tant pis pour le qu’en dira t-on ! Emma et William font leur révolution dans les salons mondains. Aurélia, la mère de William, doit être fière – admirative, peut-être ? Elle le sait, elle, combien il est difficile de survivre dans ces milieux aristocratiques. Mais Emma y arrivera. Elle n’est plus seule, maintenant.

Dernier tome d’Emma. Les jours heureux sont bel et bien là ! Des histoires simples, le quotidien, et l’amour, toujours.

EMMA © Kaoru Mori / 2002 / PUBLISHED BY ENTERBRAIN, INC.

EMMA © Kaoru Mori / 2002 / PUBLISHED BY ENTERBRAIN, INC.

Encore deux parties pour ce dernier tome. Une première, consacrée aux aventures quotidiennes, et les souvenirs. Des histoires de « personnages secondaires » ? C’est presque une insulte, tant ils sont importants !

On se plaît à retrouver les Mölders, on tremble pour le pauvre Théo ! On retrouve William et Hakim, au temps de leur jeunesse. On s’amuse avec les Polly et Alma, on découvre les joies et les peines de la vie d’artiste…

 

Précédemment dans Emma

C’était génial. Mais quel bonheur de retrouver William et Emma ! J’étais frustrée, je l’avoue (ah, fille mauvaise !). On les surprend dans leur nouveau quotidien. C’est une des autres forces de Kaoru Mori – on entre directement dans le vif du sujet ! Le vélo, les chutes, tant pis, Emma veut apprendre à rouler !

On a aussi des nouvelles d’Arthur, le petit-frère de William ; il se donne des airs autoritaires, mais au fond… Adèle soulève un peu le voile, un peu seulement. Eléanor va mieux, et on se réjouit ! La pauvre enfant… j’espérais qu’elle s’en sorte, vraiment. Elle n’avait rien demandé, elle. Ses sentiments étaient sincères. On peut espérer un futur heureux, pour Ernest et elle.

Pour eux aussi, les lendemains seront joyeux. Ce dernier tome se finit de manière magistrale. C’est le début d’une ère nouvelle. Elle avait commencée, certes, mais maintenant, c’est officiel !

 

Il est frustrant de finir ce tome. On aimerait les voir encore et toujours. Oh, et puis je suis une romanesque ! Les luttes des classes, les complots, les costumes, les corsets, les châteaux, les salons mondains, j’aime ça ! Mes yeux s’illuminent devant toute cette beauté >_<. Les corsets quoi ! Instrument de torture, il est vrai (longue minute de méditation) O, dames des temps anciens, comme vous avez souffert ! Que pourrais-je dire ? Le progrès technique est aussi dans la fanfreluche ; les corsets d’aujourd’hui sont plus agréables à porter. Il faut pardonner ma faiblesse ! Kaoru Mori apprécie également l’élégance des corsets. Je gonfle les narines, j’ai l’air fier ! Et les robes chatoyantes ! Les châteaux ! Comme j’aimerais… vivre dans un château ? Non, il y a trop de pièces, et cela chauffe mal. Mais quelques jours, pourquoi pas. Dans une jolie robe à la française ! Avec Oscar ! J’ai du goût, moi.

Kaoru Mori a fait d’Emma un manga magnifique. Son histoire, son dessin, tout invite au rêve, à la contemplation, à la réflexion, à la révolte, aussi ! Ah, il faut du courage pour oser vivre son rêve, sa vie ! Merci, Mori sensei !


Titre japonais : エマ (Emma) | Titre français : Emma

Kaoru Mori | 5 tomes (série finie)

Editeur japonais : Enterbrain, 2002 | Editeur français : Ki-oon collection Latitudes, 2012

Genre : historique, romance, critique sociale, seinen

A lire dès 14 ans, avec panache !

Publicités

A toi d'jouer è_é !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s