Unlucky Young Men tome 1

Les doigts engourdis / L’index brûlant / Les yeux voilés / Le souffle et la désolation

Ils sont désespérés, ces gens-là !

La plaie enfle et suppure / La pourriture est là / Ils combattent nus

Les jeunes gens malchanceux

 

Mercredi 14 octobre 2015 – dans l’après-midi

Je suis laminée par ce monde du travail. La nuque presque rompue. Premières éclaircies. Je m’enfuis chez moi.

Je l’ai acheté !

Retour en 1968

C’est aujourd’hui, je le sens.

 

C’est à Tokyo. Les jeunes étudiants hurlent. Des chants, des cris, des pancartes. Haine du pouvoir, désir de liberté. Que l’on me sorte hors de moi-même ! Ils veulent la faire, leur révolution.

N et T aussi. Ils survivent mal, travaillent au Village Vanguard. Ça tombe bien, c’est le bar des révolutionnaires. T est censé être comique. Ça ne fait rire personne. N est un criminel. Ça fait peur. Ils s’organisent pour changer le monde. Ils vont faire un film révolutionnaire. D’autres ont eu la même idée. Des armes, il faut s’en procurer ! Ce n’est pas une révolte de froussards, c’est la révolution, la vraie. Sans armes, ça ne veut rien dire. On a aussi besoin de victimes, alors. Une révolution sans morts, ça n’a pas de sens.

Début du thriller.

Et les filles.

Sont-elles toutes les mêmes ?

Celle qui souhaite mener une vie tranquille. Un mariage, des bouts d’enfants, ce genre de choses.

Celle qui ne sait plus. Son cerveau tombe en lambeaux. Et les gens l’assassinent tous les jours.

Celle qui veut vivre dans ses yeux. Elle n’aime pas le rejet. Ça l’a rendue mauvaise, cette histoire… Est-ce une raison pour tout supprimer ?

 

Les gens sont malheureux. Ils sont prêts à tout pour vivre vraiment, vivre un peu. Se tirer une balle quelque part. Oter la vilaine chair d’autrui. Pénétrer de force, faire un trou là-dedans. Souffre, c’est très bien !

UNLUCKY YOUNG MEN © Kamui FUJIWARA 2007 et Eiji OTSUKA / 2007 / KADOKAWA CORPORATION

UNLUCKY YOUNG MEN © Kamui FUJIWARA et Eiji OTSUKA / 2007 / KADOKAWA CORPORATION

Unlucky Young Men. Tous ces jeunes sont perturbés. Les jeunes, et les autres, aussi. Kamui Fujiwara et Eiji Otsuka nous plongent dans un quotidien froid et sombre, sans nous prévenir. Pas d’introduction, rien. Ils nous attrapent par le col, nous écrasent la rétine contre le judas. Regarde, regarde donc ! Tout est déformé ! Ce n’est pas un judas, c’est une fenêtre, tu es dehors avec eux, dans le froid, la crasse, avec tes rêves minables et la détresse tout autour.

Terrible mise en abîme. Angoisse du quotidien. Ces petits désaxés, on les suit avec notre œil tremblant, ils ont des airs de bad boys, ils vont tuer des gens ! C’est mauvais, d’épier. Avoue. Tu voudrais que leur entreprise réussisse. Tu veux la voir, la fin de l’histoire de T !

 

Certains ont réellement vécu. Les auteurs mêlent réalité et fiction. N, T… Une espèce de malaise s’élève à mesure que l’histoire avance. On ne sait ce qu’ils pensent vraiment. Certains parlent de la mort, rêvent de crimes comme s’ils ne réalisaient pas ce qu’ils disaient. Ou alors, ils réalisent, et c’est encore pire. Plus rien n’a d’importance. Leurs revendications ? Elles deviennent presque secondaires. Le désespoir a contaminé toutes les consciences. Toutes n’aspirent plus qu’à la destruction. Détruire, abattre, anéantir.

 

Kamui Fujiwara et Eiji Otsuka nous livrent un récit sombre, une déchirure, un cri de détresse. Le malaise grandit, encore, encore. C’est dérangeant. On a la sensation que l’espoir est parti, en lisant Unlucky Young Men. On ne sait pas quoi souhaiter aux héros. Des héros ? Et faut-il souhaiter quelque chose, d’abord ?

Ki-oon nous propose une édition sobre et soignée qui, je l’espère, ravira les fans de manga… et tous les autres n_n. La couverture rigide apporte beaucoup d’élégance. Je trouve que ce tome pourrait tout aussi bien se ranger dans une bédéthèque.

PROCHAINEMENT DANS UNLUCKY YOUNG MEN

Tome 2


Titre japonais : アンラッキーヤングメン [Anrakki Yangu Men] 

Titre français : Unlucky Young Men

FUJIWARA Kamui (dessin) et OTSUKA Eiji (scénario)

série finie en 2 tomes, au Japon et en France

Editeur japonais : Kadokawa Shoten, 2007 | Editeur français : Ki-oon, collection Latitudes, 2015

Genre : thriller, suspense, critique sociale, seinen

A lire à partir de 14 ans

Publicités

A toi d'jouer è_é !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s