Princess Jellyfish tome 4

princess_jellyfish_tome_4

Elle est choupette, Tsukimi^^ KURAGE HIME © 2009 Akiko Higashimura / Kodansha

Elle est ivre, Tsukimi, elle a bu ! C’est mauvais. Elle est triste, la pitchounette. Ah, c’est dur, d’être une neet ! Tu ne comprends rien à ce qu’il t’arrive, n’est-ce pas ? Kuranosuke, lui, semble comprendre… Mais bon, est-ce bien le moment, alors que la résidence Amamizu est en péril ?

Il faut un plan pour la sauver !

Faire des robes de méduse ! Kurapinou est certain d’avoir trouvé la bonne solution, et parvient à convaincre Chieko, la reine de la couture, mais Tsukimi la neet… Hors de question qu’elle suive les plans chelous de Kuranosuke. Heureusement, Jiji et Chieko courent la séquestrer dans la chambre de l’intéressé…

 

 

 

Précédemment dans Princess Jellyfish

Opération confection de robes méduses @_@. Etrangement, à la vue de tous ces bijoux et autres robes, le « mode éveillé » de Tsukimi s’active ! Pleure en silence, Kurapinou… elle saccage tes souvenirs pour la bonne cause u_u. Ce « mode éveillé » chassera t-il ces battements de cœur qui font souffrir la jeune fille ? Il en va de la survie d’Amamizu, et des rêves de Kurapinou… Ferme la porte alors : Shu arrive, et il n’est pas seul !!

S’il n’y avait que ça encore comme souci… Kurapinou, à trop t’agiter partout, tu fais tomber ta perruque ! C’est que l’humanus coquettus a fait entrer Jiji et Chieko chez lui ! (On est toujours là, oui^^’), et que son politicien de père les voit !! Et que va-t-il leur demander, à votre avis ? Que demanderait quelqu’un qui voit pour la première fois des inconnues chez lui !?

Amour, fanfreluches et méduses… Ce tome, toujours aussi réussi que les autres, nous fait franchir un palier supplémentaire dans ces choses qui traumatisent les Amars. Aujourd’hui : l’a-a-a-l’amour ! Le mot devrait être interdit de tous les dicos, n’est-ce pas, Tsukimi ? La fille n’arrive pas à prononcer ce truc. Noooon, elle, une fille normale ? Avec des sentiments et tout ? MAIS ALORS : ELLE VA SE FAIRE LARGUER ! (Une no life ne conçoit pas pouvoir séduire quelqu’un. C’est gore, ou c’est de la science fiction.) (La Fujoshi valide u_u) (Hélas).

Amour aussi côté Kuranosuke… Et là encore, des angoisses ! Pas les mêmes que Tsukimi bien sûr. Il commençait déjà un peu à flipper dans le tome 2. Là, c’est le début de la crise ! Il ne comprend pas ce qui lui arrive.

Et le pire est à venir : Mayaya et Banba lâchées le soir dans les rues branchées, fake ou réalité ? A suivre à suivre ~~


Titre japonais : 海月姫 (Kurage hime) | Titre français : Princess Jellyfish 

Auteure : HIGASHIMURA Akiko

série en cours : 15 tomes parus au Japon et en France

Editeur japonais : Kodansha, 2009  | Editeur français : Delcourt, 2011

Genre : les trucs de nolife, neet, et autres losers, comédie, tranche de vie, fashion

A dévorer dès 14 ans, en criant : vive les fashion’losers !

Publicités

A toi d'jouer è_é !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s