Princess Jellyfish tome 3

Pauvre petit Monsieur le grand-frère ! Il s’est fait… Non, sérieux !? Kurapinou n’en revient pas ! C’est sûrement un coup de cette renarde. Oui, car il serait impensable que ce cher Shû… Il a reçu une éducation, lui ! Et son père lui a montré l’exemple dans les penderies… Euh, non, mieux vaut ne pas remuer ces souvenirs. Ça traumatiserait encore plus le pauvre Shû… Et Tsukimi ? Elle aussi, elle se fait des idées ! Serait-elle a… amou… !? Beurk, encore un mot d’humanus coquettus !

princess_jellyfish_tome_3

Mais quelles beautés !! KURAGE HIME © 2009 Akiko Higashimura / Kodansha

 

Précédemment dans Princess jellyfish

 

C’est affreux, la résidence va être vendue ! C’est pas le moment de s’envoyer en l’air ! (Mais puisqu’on vous dit que Shû n’a rien fait…) La perfide Inari entend bien mettre la main sur la résidence Amamizu ; cet agent immobilier a ses méthodes perso pour arriver à ses fins… Heureusement, Kirapinou s’interpose ! Il s’y sent déjà bien, dans cette résidence bizarre. Hors de question qu’elle soit vendue ! Et s’il le faut, il la rachètera ! Pardon, avec quel argent ?

Il ne faut pas parler de ça aux Amars. Oh, ne faites pas ces grands yeux, elles gagnent honnêtement leur vie. Il n’y a aucun mal à vivre de la charité parentale ! Soyez fières, les filles ! (Comment ça, ça sent le vécu ?) (Vous parlez de moi là ?) (Vous croyez que la Fujoshi vit au crochet de sa parenté !?)

C’est l’entraide ! L’entraide ! Tirer le meilleur de chacun des membres pour créer une force brute… et sauver Amamizu !! Kuranosuke a la géniale idée de participer à une brocante. C’est là qu’il découvre le talent quasi mystique de la petite Tsukimi… Elle est jolie, surtout lorsqu’elle s’anime avec passion. Il débloque ou quoi, le Kurapinou ? Il ne veut pas y penser maintenant : il faut des sous pour sauver Amamizu !! Et s’ils créaient des robes ? Des robes de méduses ? Avec la créativité de Tsukimi et la précision de Chieko, ils pourraient créer de vrais bijoux. Et la résidence serait sauvée !

On ignore si Tsukimi aura la tête à ça. La pauvre a vu des choses qu’elle aurait aimé ne jamais voir…

Courage, Tsukimi ! La souffrance est aussi une belle source d’inspiration ! (A petites doses, alors…)

Toujours aussi drôle, toujours aussi génial ! On suit avec grand intérêt les déboires de nos amies les Amars n_n !

 


Titre japonais : 海月姫 (Kurage hime) | Titre français : Princess Jellyfish 

Auteure : HIGASHIMURA Akiko

série en cours : 15 tomes parus au Japon et en France

Editeur japonais : Kodansha, 2009  | Editeur français : Delcourt, 2011

Genre : les trucs de nolife, neet, et autres losers, comédie, tranche de vie, fashion

A dévorer dès 14 ans, en criant : vive les fashion’losers !

Publicités

A toi d'jouer è_é !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s