LA SEMAINE JAPON ! 02 # au pays des kanji

Après le HARRAP’S, j’ai directement acheté le Kanji to Kana : trop costaud, pour démarrer l’apprentissage des kanji ? C’est mal connaître la Fujoshi. Les kanji, elle les enchaîne. Sitôt appris, sitôt gravés dans sa mémoire du turfu. la_fujoshi_au_pays_des_kanji   Précédemment dans la semaine Japon ! : de l’apprentissage du japonais.

CES CARACTERES QUI DESSINENT UNE HISTOIRE

Tous les mots racontent une histoire. Avec les kanji, on a, en plus, le dessin du caractère, et ce qu’il nous évoque. Exemples : 木        き        [ki = arbre] On imagine facilement le tronc d’un arbre, avec ses branches (non !?)         もり    [mori = forêt, bois] Quand on a appris 木, c’est facile d’apprendre 森 : 3 arbres, c’est la forêt !! (Que d’esprit, la Fujoshi !)         かさ    [kasa = parapluie] Là, c’est un cadeau : comment ne pas penser à un parapluie ? On a même, sous le parapluie, des personnes qui s’abritent, sûrement des lovers, owi.         やま    [yama = montagne] Pareil, tu vois la montagne, là, obligé ! L’un des kanji les plus simples à retenir. Le plus simple des plus simplossimos restant : 一 |ichi = 1]. kanji_to_kanaJ’avais, à l’époque, acheté l’édition 4, avec les 1945 caractères officiels. Depuis, le gouvernement nippon s’est dit que quelques kanji de plus ne feraient pas de mal ; la dernière édition comporte, ainsi, 2141 caractères. Easy. Avec le Kanji to kana, il faut s’accrocher, et surtout, construire soi-même ses leçons ! Les kanji se présentent avec leur tracé, leur(s) prononciation(s) et quelques mots de vocabulaire. C’est donc plus qu’un simple dictionnaire. Je n’ai pas acheté d’autres livres pour apprendre les kanji. Au début, tout de même, j’étais bien ambitieuse @_@. J’apprenais les kanji à la suite (en commençant par le fameux |ichi = 1] ; faut dire qu’il motive, celui-là). Heureusement, pas la peine de tous les savoir. Déjà, taper dans les 800-900 kanji, c’est très très bien. Même avec moins, on s’en sort. Parole de Fujoshi. Be careful, tout de même, dans l’apprentissage « des kanji à la suite » ; exemple :         きょう            [kyou = coopération] (kanji n°234, p 100) Celui-là, quand tu débutes, je pense que tu peux t’en passer. Quand tu apprends une langue, tu commences d’abord par les mots du quotidien : le vocabulaire de la maison, un peu de bouffe, comment trouver son chemin etc. Tu commences pas par le champ lexical de la coopération internationale. Genre, le mot « étagère » [本棚 ; ほんだな ; hondana], je l’ai appris super tard ! Alors que je savais dire 軒 [のき ; noki ; auvent]. Avoue que le mot ne te sert pas tous les jours. J’ai donc repéré les kanji à apprendre en priorité, avec le vocabulaire qui va avec. Le Kanji to Kana est un très bon investissement, pour qui peut/veut construire ses leçons seul. Il existe d’autres livres avec des leçons déjà construites, et le nombre de kanji à apprendre par jour, et le vocabulaire du quotidien qui va avec etc.

L’AFFAIRE DU KOKUJIN

Une chose m’a surprise, cependant. Dans la 4e édition de ce fameux Kanji to Kana, p96, kanji 206 : 黒 コク [KOKU] くろ(い)[kuro(i)] = noir Dans mes précédents exemples, j’ai volontairement omis la lecture dérivée du chinois (ici : KOKU). Eh oui, le japonais, cette belle langue, a plein de kanji, chacun pouvant avoir plusieurs lectures ! Revenons à notre 黒. Le précieux livre présente quelques mots de vocabulaire, dont le désormais célèbre 黒人 [KOKUJIN ; (personne) Noire] [JIN = personne, être humain]. Comme traduction de 黒人, le livre propose « noir, nègre ». … Sérieux @_@. Pour (une personne) Blanche, on a : 白い ハク[HAKU] ビャク[BYAKU] しろ(い)[shiro(i)] = blanc 白人  [HAKUJIN ; (personne) Blanche]. Comme traduction, le livre donne : blanc, race blanche. Je ne vais pas vous faire un débat sur la différence entre race et ethnie… Je reste bloquée à « nègre ». Pourquoi l’avoir accolé à « noir » @_@ ? Non, sérieux. Des chercheurs, des linguistes, des universitaires ont bossé sur ce livre (4e édition !!), et PERSONNE ne s’est dit : « quand même, insulter les gens, c’est moche ». Non, les gens ont signé en mode feel good, nice baby. Je leur ai envoyé un mail pour marquer mon étonnement. Ai-je été parano ? Peut-être, peut-être pas. Dans le dico, on a bien la définition des deux termes. La définition. Dont l’une est injurieuse et discriminante (la seconde) (c’est évident, mais mieux vaut préciser) (la précision, un art fujoshiste). Est-ce l’effet de mon misérable mail ? Ou, je l’espère, la conséquence de plusieurs messages d’étonnement similaires au mien ? Dans la dernière édition, le terme « nègre » a disparu.

Quelle fin d’article chelou. Mes excuses.

Je n’ai absolument pas respecté la preview magnifique détaillée lundi. Mes excuses.

la_fujoshi_au_pays_des_kanji_2

Publicités

2 réflexions sur “LA SEMAINE JAPON ! 02 # au pays des kanji

A toi d'jouer è_é !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s