Kanamara Matsuri – au Bonheur de Fertilité

Kawasaki, XVIIe siècle. Soir de pluie, au sanctuaire Kanayama.

Elle tombe avec passion depuis plus d’une semaine. Certaines y voient un mauvais présage. D’autres, une bénédiction.

-Il fait bien noir, en tout cas !

Elles ne savent plus si elles doivent souper ou s’apprêter pour une journée nouvelle.

-Comme si cela changeait quelque chose. C’est toujours la nuit, pour nous. Pressons, pressons ! Que j’ôte la souillure de celui-là.

-Je crains d’être…

-Quand cesseras-tu de gémir… ! Avance donc !

Lire la suite

Bilan Japon mars 2017 ~ Mikki Forever Tanjoubi ! Les Fleurs des Pieds

Après une nuit ENTIEEEERE, COMPLEEEETE (spéciale dédicace à Salvador) (regardes-tu EL CUERPO DEL DESEO ?) Le Corps du désir, la famille, LE CORPS DU DESIREUH. Ça passait sur IDF1 et France 0. C’était chaud. Chaud de ouf, ouh là. Avec une VF d’anthologie.

Je te mets même son vrai nom. Sens-tu le désir dans son regard ? Le gars est là quoi.

Une nuit ENTIEEERE, COMPLEEEETE, donc, le derrière écrasé sur la chaise inconfortable, en train de me tresser. L’œil se ferme à moitié. Je visionne un documentaire sur la jeunesse coréenne, condamnée à réussir. Pas certaine que ça me réveille. Ils ont pourtant une volonté admirable, et se ruinent et les yeux et la santé, ils ont tous des 20/20, des A++ et des 100/100. Ce n’est pas assez.

C’est assez pour moi, en tout cas ! J’en ai marre, et balancerai bien ma tête, et cette espèce de cervelle, quelque part, loin du labeur, près du lit, dormir, procrastiner, voilà ma volonté !

Lire la suite

La pause de Madame aux Cerisiers

ça va, toi ? La formette, la bicyclette, les roulettes *toussa toussa* ?

Ce doit être la pause la plus scandaleuse que je prends sur le blog. Et voici tes yeux laissés à l’abandon, tes yeux avides d’articles mikkistes, car enfin, il faut bien vivre ! Se cultiver un peu, sous la rétine ! Oui oui, je sais tout ça. Las, que veux tu ! J’ai pour mère Madame Procrastine. Madame Fatigue, encore ma mère !

Je plaisante. Je travaille, tout de même, entre deux bâillements.

Lire la suite